Dans le cas d’utilisation d’images existantes qui ne sont pas libres de droits, il est nécessaire d’obtenir l’autorisation de l’auteur. Ainsi, toute exploitation d’oeuvre totale ou partielle sans consentement de l’auteur ou de ses ayants-droits et qui est couverte par le droit d’auteur constitue un acte de contrefaçon. 

Sauf, cas d’exception, quand on la détourne en la parodiant, la pastichant ou la caricaturant.
Mais attention ! Pour tomber sous la légalité de la parodie, encore faut-il démontrer que l’on est drôle ou en tout cas que la tension comique puisse être démontrée.

Droit d’auteur /// Droit d’être drôle /// Piqûre de rappel

Comment