L'image du lundi ne sera ni fillonne (et ni friponne, malgré les fessées de ces deux derniers dimanche), ni déchirante, si l'on en croit ce qu’il est susceptible de se tramer entre l'Elysée et Matignon cette semaine… 

Car notre newsletter n’est ni de droite ni de gauche, ni au centre (trop instable !) et donc d'une parfaite et bien confortable neutralité. Même si la droite est toujours plus droite et si la gauche se décompose. Voilà pour la picture au lendemain d'une primaire qui a réservé bien des surprises. 

"Les frontières sont cons mais utiles. Sans gauche ni droite, comme choisir ?"

Gauche-droite. Pour tout comprendre de ce clivage et de cette frontière en perpétuel mouvement, de ces couleurs qui parfois se mélangent au gré de l’inspiration de nos artistes de la politique, pour certains en herbes et qui, chacun leur tour, saisissent le pinceau pour exprimer avec finesse ou d'un brusque mouvement leur vision — à défaut de laisser leur marque,  — nous ne pouvons que vous recommander cet ouvrage infographiste, qui figurera en bonne place les prochains mois sur les tables des librairies de quartiers. 

Des infographies et des bons mots

Qu’est ce que c’est que cet ouvrage rouge et bleu, édité au Fleuve, ovni à la couverture punchy (avec des gants de boxe dessus) sur laquelle notre œil exercé de designer s’est arrêté ? Gaetan Duchateau et Florent Guerlain, deux auteurs aux noms d’une France éternelle, sont fous de politique et de data, possèdent un studio de création spécialisé dans la data, et font dans cet excellent petit ouvrage s’affronter GAUCHE et DROITE sur le terrain des statistiques et des corrélations.

On y apprend, parmi quelques célèbres lapsus, que la France a toujours été du côté des dictateurs (Sarko), qu'il faut lutter contre l'emploi (Valls) ou que Bérégovoy voulait baiser l’impôt sur les sociétés tandis que Fillon est incollable sur le gaz de shit, ce que nous n’aurions pas spontanément imaginé en le voyant. 

On y découvre ce qu'ont en commun Nil, Maskou, Clara, Samba, Baltique et Philae, ces fidèles compagnons de gauche et de droite qui ont partagé à travers le temps mais jamais ensembles — l'ouverture a ses limites ! —, un « grand parc privé au cœur de Paris » dans lequel plusieurs de leurs maîtres se sont fait tiré le portrait, mais rarement avec leur labrador tant aimé.

En terme de Com, on appréciera l'extraordinaire originalité des accroches ou slogans, pour reprendre un terme plus électoral, imaginés, débattus et brainstormés probablement des nuits entières, pour un résultat qui ainsi compilé nous laisse sans voix et même si justement, l’objectif de ces mots qui « claquent » a toujours été d’en obtenir le plus grand nombre… 

La France forte
Une France moderne
Une France libre
La France unie
La France de toutes nos forces
La France présidente
Une France en marche
La France solidaire
La France pour tous

Et on s'étonne que le peuple ait du mal à choisir parmi toutes ces promesses ! 

On préfèrerait presque quand « ils » s’expriment en anglais, car pour le coup tout devient limpide. Du fameux « Sorry fort the time » s’agissant de météo chez notre ex-petit président, à « What do you want ? Me to go back to my plane and go back to France? » d’un Chirac excédé. Ou, moins connu et pour cause, le bon mot de Raffarin qui les aime tant mais dont la version anglaise n’est pas évidente : « Win the yes needs the no to win against the no ». Merci Jean-Pierre.

Donc à défaut d’offrir pour Noël une paire de chaussettes d’un rouge papal (Pantone 485C nous confirme l’ouvrage aux multiples infographies), comme en porte notre potentiel futur Président, rabattez-vous sur ce ouvrage humoristique qui n’épargne personne à droite comme à gauche. La forme y est soignée et le fond ne manque pas d’intérêt !

Comment