news160-01c.gif

  ON AIME L'ESTHÉTIQUE DE LA DERNIÈRE CAMPAGNE CORONA EXTRA, AVEC SES COULEURS PASTEL DE SUNSET BEACH ET VAGUES DANS LE COUCHANT QUI LAISSENT RÊVEURS !

 On ne présente plus la Corona Extra, « la cerveza mas fina » brassée au Mexique par Grupo Modelo depuis 1925. 
Aucune bière n'a jamais connu un tel succès en si peu de temps.

Le produit

Une bière blonde classique et populaire, appréciée pour sa légèreté, le design de sa bouteille transparente qui ne laisse pas indifférent et… parce qu'elle désaltère ! Le morceau de citron en haut de son « long neck » (haut col) participe certainement beaucoup à cette idée « marketing », même si ce n'est plus l'usage au Mexique.

L'étiquette

Sur la Corona Extra, point d'étiquette au sens littéral du terme, puisque la « marque » et les mentions qui l'accompagnent sont directement imprimées sur la bouteille depuis 1940. Première mondiale, déjà ! Et dont on apprécie le « toucher » autrement plus chic qu'une étiquette plus classique. 

Signes et emblèmes

Les deux dragons présents sur la bouteille font référence à Quetzalcóatl (serpent à plumes de Quetzal) qui était une des principales divinités pan-méso-américaines, toujours un symbole du Mexique. La couronne quant à elle serait inspirée de celle de l'impératrice Carlota qui régna de 1864 à 1867, mais là encore, cela participe au mythe de cette marque qui ne se raconte pas ou peu, autrement qu'en campagnes marketing. 

Le packaging

Qui n'a jamais cédé à cette bouteille transparente qui truste le podium des « belles bouteilles » ? Ou à ce « pack de 6 », ouvert et totalement vintage avec sa poignée haute, et qui fait le job ! En carton de 12, c'est bien aussi. 

La signalétique

Comme l'explique un journaliste du Point en 1995, « au Mexique, la signalétique Corona Extra fait partie du paysage. Depuis la station balnéaire d'Acapulco (côte Pacifique) jusqu'à celle de Cancun (pointe du Yucatan) et depuis les sites mayas de Palenque (Chiapas) jusqu'au grand désert du Nord, l'enseigne Corona perpétue à sa façon la tradition des peintres muralistes mexicains. Dans chaque village, le Grupo Modelo paie des artistes locaux pour réaliser des fresques publicitaires adossées aux buvettes ». Un peu comme Ricard, Cinzano et Dubonnet chez nous, à une autre époque ! 

Coup Marketing

« Jacques Chirac, c'est notre meilleur vendeur », plaisante volontiers le PDG du groupe et dont la photo de l'article de Paris Match de 1995 où l'on voit le candidat à l'Élysée attablé devant la bouteille mexicaine figure en bonne place dans son bureau.« Et nous n'avons rien payé pour cette publicité gratuite ! ». Tony Blair et Lionel Jospin feront de même devant les journalistes 3 ans plus tard et tout récemment, Edouard Philippe pendant les matches des Bleus ! 

Le secret du succès ?

Vendre une bière « populaire » au Mexique comme un produit de luxe à l'étranger ! Pour le groupe — et c'est le fondateur Valentin Diez qui le disait, la cible est assumée : « nous ne cherchons pas une cliente de masse, notre cible, c'est les gens qui ont de l'argent, les jeunes en particulier ». Une règle d'or que la brasserie s'impose en vendant « beaucoup plus cher » et en ne cherchant jamais à concurrencer la bière locale bon marché. Simple. 

Les chiffres

Et c'est à cela qu'on comprend que ce produit de niche ou de luxe fait un carton dans le monde. Le voilà 4e brasseur mondial et aux États Unis en particulier (1ère bière importée, devant Heineken). En France, la marque mexicaine écoule chaque année plus de 1 million de caisses. 

Evènementiel

La marque ne manque pas d'idées, avec l'ouverture de lieux éphémères, comme la Casa Corona ouverte à Paris en avril, puis à Bordeaux en juin dernier : maison d'artistes, lieu de partage et de fêtes, l'événement a attiré 20 000 personnes dans la cité du vin par excellence, en 4 semaines seulement ! 

Et enfin...

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer donc avec modération. 
Devant la mer ou un soleil couchant. Ou potentiellement en terrasse !

– Coup de cœur /// Campagne estivale /// Sun of the Beeaaaacccchhhh ! –

Comment