LUC-News-210-1.jpg

C’ÉTAIT TOUTE L’IDÉE DE SA PRÉSENCE EN QUALITÉ DE PARTENAIRE SUR LE SALON DU LUXE PARIS QUI S’EST TENU DÉBUT JUILLET DANS L’ESPACE WAGRAM. LUCIOLE Y ÉTAIT, À PLUSIEURS TITRES.

Un évènement confidentiel

réé par Laura Perrard, jeune femme de 29 ans passionnée par l’industrie du luxe, cet événement dont il s’agissait cette année de la 5e édition, réunit le temps d’une journée tous les acteurs des maisons de luxe soucieux d’échanger et de collecter les dernières informations tendancielles et autres bonnes pratiques en écoutant bien sagement les intervenants des tables rondes.

Nous étions deux à l’agence — une Directrice de clientèle et le Directeur de création — à venir nous asseoir dans l’ambiance tamisée de cette historique salle Wagram, pour capter la parole d’or et d’argent des personnalités qui se succédaient, ou du moins les plus passionnantes d’entre elles.

Il s’agissait de parler marketing en passant par les géants du luxe français à l’image des Galeries Lafayette ou Boucheron à des réussites plus récentes. Mais surtout une focalisation sur le nouveau terrain de jeu du luxe : les marchés asiatiques et en particulier le marché chinois raconté par les agences -chinoises évidemment- Hylink et The Chinese Pulse. Sans oublier de lier ce monde magique du luxe à une nécessité : l’écoresponsabilité !

Et donc pour l’agence, l’occasion de comprendre un marché toujours en mouvement et dans lequel nous prenons pied patiemment et bien chaussé, car nous disposons depuis longtemps d’un vrai savoir-faire et de très bonnes cartes en main pour accompagner avec talent des clients exigeants.

DHL dans la lumière

Outre sa présence en qualité de sponsor de l’évènement parmi les 3 partenaires majeurs, DHL Express expérimentait avec Luciole un nouveau dispositif évènementiel dans l’espace réservé aux présentations et aux stands.

Des stands qui sur ce salon étaient réduits à leur plus simple écriture, avec un peu de mobilier, des produits mis en valeur ou présentés assez simplement et heureusement, aucun stand « parapluie » tape à l'œil ni de bannières imprimées sur un plastique gloss à souhait comme on en croise malheureusement trop souvent…

Tout n’était sur cet espace que « calme, luxe et volupté », dans le cadre d’échanges presque chuchotés entre les visiteurs et les exposants. Mais avec une traduction « business » bien prégnante.

Service vs. logistique

Dans le cadre de notre accompagnement de la direction Marketing et Communication de DHL France, nous apprenons depuis plusieurs mois le langage et le vocabulaire de cet acteur international du transport, mesurant la lente mais certaine évolution de sa manière de se présenter à ses publics.

Car les clients ne cherchent plus forcément une prestation logistique dont ils connaîtraient chaque détail de l’acheminement du colis, mais au contraire un service très lisible et orienté client et « bénéfice produit ». Ou comment DHL prendra-t-il soin de mon produit entre mon entrepôt ou mon magasin, et mon client ?

De là est née cette idée audacieuse de créer une sculpture toute en transparence constituée d’un savant empilement de boîtes, dans lesquelles le produit transporté serait sublimé.

LUC-News-210-2.jpg
Et le carton devient écrin !

D’une bouteille d’un précieux vin à une paire de mocassins, d’une enceinte en kevlar à une boîte de caviar, chaque produit trouve sa place dans un volume spécialement adapté pour garantir un voyage sans histoire. Le rêve !

Prétexte tout trouvé pour démontrer que DHL prend tout le soin à imaginer des emballages et des solutions logistiques parfaitement adaptées à chaque besoin de ses clients, et en particulier sur ce marché du luxe, quand l’objet transporté ne doit pas être abîmé ou transporté à une température constante. Comme c’est aussi le cas pour d’autres secteurs que le luxe, de la pharmacie à l’industrie, en passant par l’agroalimentaire.

LUC-News-210-3.jpg
Processus créatif et « Lean management »

Comme il est appréciable de tester des idées un peu folles et de constater que notre client s’y attarde, en redemande et, au fil des semaines, se range à l’idée de tester ce dispositif audacieux ! On évoque l’idée d’un « pilote », ou d’un « proto » en taille réelle qu’on testera sur un premier event avant d’améliorer la copie en fonction des retours in situ.

Et puis on fabrique finalement un comptoir d’accueil tout en transparence, avec une maquette d’avion perchée en hauteur— « nos clients raffolent des maquettes ! » nous a dit notre cliente — et des boîtes simplement « marquées », comme le sont les cartons, rassemblées par une « sangle avion » pour asseoir cette dimension « Fret international » et créer du contraste entre les matériaux.

Un « desk » dont on a affiné chaque dimension pour y faire entrer chaque objet et, une fois assemblé, le faire rentrer dans une « Flight caisse » en bois, elle aussi réalisée sur-mesure, afin de la rendre « palettisable » par DHL et donc lui permettre de partir au bout du monde sans heurt ni supplément !

Une chasse aux objets

Et pour rendre ce dispositif remarquable et désirable, il nous fallait glisser dans ces fameuses boîtes quelques objets luxueux qui attirent le regard !

La Boîte Concept a toute de suite joué le jeu en prêtant pour ce salon un exemplaire d’une de ses sublimes enceintes. Qu’elle en soit ici encore remerciée.

Notre client a fourni de beaux mocassins en cuir et une bouteille de champagne de la Maison Moët & Chandon.

Nous sommes ensuite partis en quête de mythiques objets, passant chez Sézane y trouver un joli sac de cuir jaune, chez Ladurée une belle boîte de macarons (livrée pleine à notre client ! ) ou chez Estoublon commander un précieux flacon d’huile d’olive, plein lui aussi de ce joli liquide jaune.

Et Luciole a dû pour honorer sa mission : vider une caisse d’un grand vin de Bordeaux, afin d'alléger l’objet et le rendre ainsi plus maniable pour son client. Avec un sens du détail, du service et du sacrifice !

Nous ne dirons pas comment nous sommes parvenus à disposer de deux boîtes de caviar de la Maison Petrossian, car il faut savoir préserver certains secrets pour entretenir le mystère et contribuer à polir l’image d’une agence créative capable de surprendre ses clients !

LUC-News-210-4.jpg

Comment