majeure-V2.gif

ET SI VOUS PROFITEZ DE L’ÉTÉ POUR RÉVISER QUELQUES GRANDES NOTIONS EN COMMUNICATION ? REDÉCOUVREZ AUJOURD’HUI TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LA COULEUR ET TESTEZ VOS CONNAISSANCES AVEC UN PETIT QUIZZ ESTIVAL !

Couleur

« Impression produite sur l’oeil par les diverses radiations constitutives de la lumière » (source : Larousse). La lumière que renvoie un objet permet à l’oeil de le distinguer des autres objets, indépendamment de sa nature et de sa forme.

Voilà pour la base scientifique. Passons aux fondamentaux…

im-01.jpg
Couleurs fondamentales

Les couleurs fondamentales désignent généralement les 7 couleurs de l’arc-en-ciel telles que les a définies Isaac Newton : violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé et rouge. Il y en a en réalité une infinité dans ce spectre de couleurs, mais on en distingue généralement 6. Le célèbre scientifique a ajouté l’indigo, uniquement pour faire coïncider le nombre de couleurs avec le chiffre 7, dans le prolongement de la symbolique de ce chiffre porte chance.

Vous reprendrez bien un peu de philosophie antique ?

im-02.jpg
Couleurs primaires

Ce sont les couleurs dont le mélange avec leurs homologues permet de reproduire théoriquement l’ensemble des couleurs visibles, en fonction du système de synthèse utilisé. Ainsi, en peinture, on choisira généralement un bleu moyen, un jaune et un rouge, alors qu’en impression on utilisera un cyan, un jaune et un magenta. En y ajoutant le noir et le blanc, vous pourrez à peu près tout faire.

Si ça se Corse trop, resservez-vous un peu de vin d’orange ;)

im-03.jpg
Synthèse additive

Principe qui consiste à composer une couleur par addition de lumière. Si dans une pièce plongée dans le noir, vous éclairez un mur blanc avec un spot rouge et un spot vert, il vous suffit de croiser les 2 faisceaux pour obtenir… du jaune. Et si vous ajoutez du bleu, vous obtiendrez en les mélangeant… du blanc !

La synthèse additive est donc propre aux objets émetteurs de lumière (écrans de télévision et d’ordinateur par exemple, mais aussi projecteurs de diapos de notre enfance) et permet de décliner en théorie 16 millions de couleurs. Le noir est donc ici une absence de couleur.

Allez hop, exercice pratique pour une soirée d'été réussie : tendez un drap blanc entre deux arbres, munissez-vous du cultissime « Carousel » et sortez les diapos du grenier !

im-04.jpg
Synthèse soustractive

Principe qui consiste à composer une couleur par soustraction de lumière. Lorsque vous mélangez deux couleurs au pinceau, la couleur obtenue est le résultat d’une synthèse soustractive. L’aquarelle, les impressions sur papier (imprimantes couleurs ou « offset ») utilisent ce principe et qui offre en théorie une palette de 16 millions de couleurs. Le blanc est donc ici une absence de couleur.

im-05.jpg
Quadrichromie

Du latin quadra, quatre, et du grec chromia, couleur… Soit CMJN : cyan, magenta, jaune, noir (en anglais CMYK, cyan, magenta, yellow, key). La quadrichromie est un procédé d’imprimerie permettant de reproduire un large spectre colorimétrique à partir des 3 teintes de base auxquelles on ajoute le noir.

im-06.jpg
Pantone®

La gamme de tons Pantone® est née en 1963 aux États-Unis. Créée par la société du même nom, elle est obtenue par le mélange de 11 couleurs fondamentales. En imprimerie, ces encres de base sont mélangées puis utilisées teinte par teinte. On parle alors de « tons directs ».

Non, Pantone n’est pas une marque de Mug !

im-07.jpg
RAL

Créé en Allemagne en 1927, le système RAL est utilisé essentiellement dans le bâtiment et dans le secteur industriel car il permet de communiquer une couleur à l’aide d’un code à 4 chiffres et donc d’obtenir précisément et scientifiquement la teinte souhaitée sur un objet fabriqué à des milliers de kilomètres. Inconvénient : il se limite à 200 teintes. Le RAL Design a été mis en place pour définir des teintes plus précises (1 600 couleurs disponibles).

im-08.jpg
Couleurs web

En HTML, les couleurs sont définies par 3 nombres hexadécimaux représentant les tons de rouge, de vert et de bleu (RVB) de la couleur choisie. Toutefois, étant donné que tous les navigateurs ne reconnaissent pas les couleurs de la même façon, le W3C préconise de se limiter à une liste de couleurs pour lesquelles un nom intelligible a été donné, par exemple :

DeepSkyBlue #00BFFF
Lavender #E6E6FA
Orange #FFA500
PeachPuff #FFDAB9

Comment